Si Robert Mugabé m’était cité

0
901
FILE PHOTO: FILE PHOTO: Zimbabwean President Robert Mugabe addresses a meeting of his ruling ZANU PF party's youth league in Harare, Zimbabwe, October 7, 2017. REUTERS/Philimon Bulawayo/File Photo/File Photo - RC1E2E6EB740

Robert Mugabé, l’ex-Président du Zimbabwé s’est éteint le 6 septembre 2019 à l’âge de 95 ans. Durant presque quatre décennies (de 1980 à 2017), Le « camarade Bob » a façonné son pays (dernière colonie européenne) de main de maître, s’attirant parfois les foudres de ses compatriotes ou de la communauté internationale qui voyait en lui un « rebelle » réfractaire au système mondial établi par les ex-colonisateurs.

Il était pour bien des gens un « non aligné », autoritaire, despote ayant la folie des grandeurs. Mais pour d’autres, ce président était l’exemple du courage, le visage d’un panafricanisme réaliste qui a dédié sa vie à l’émancipation et la libération de son pays.

En somme, un héros malgré les nombreux défauts qu’on pouvait lui trouver. Mugabé, c’était aussi des phrases de choc, des propos dérangeants qui ont pourtant fait le tour du monde et dont on se délecte, à tort ou à raison.

Morceaux choisis:

 » Le Zimbabwe ne s’alignera sur aucun des deux blocs et choisira ses amis en fonction de ses propres intérêts et de ses propres besoins, quel que soit le camp auquel ils appartiennent. L’Est ou l’Ouest « 

« Je suis le Hitler de notre époque. Cet Hitler n’a qu’un seul objectif, la justice pour son peuple, la souveraineté de son peuple, la reconnaissance de l’indépendance de son peuple et son droit à disposer de ses richesses. Si c’est ça être Hitler, eh bien laissez-moi dix fois être Hitler ».

« Qui a dit que les Britanniques et les Américains devaient diriger les autres ? Nous n’avons pas invité ces foutus Blancs. Ils veulent mettre leur nez dans nos affaires. Refusez-le »

« Que l’Europe garde son absurdité homosexuelle pour elle et qu’elle ne vienne pas ici avec ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here