Un accord international pour les efforts de paix en Libye

0
101
L'envoyé des Nations Unies pour la Libye Ghassan Salamé, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, la chancelière allemande Angela Merkel et le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas à Berlin le 19 janvier. © REUTERS/Axel Schmidt/Pool

Les dirigeants de plusieurs pays concernés par le conflit en Libye se sont réunis à Berlin ce dimanche 19 janvier pour tenter de trouver des solutions à la crise.

Ces onze pays, au nombre desquels la Turquie et la Russie, ont promis de respecter l’embargo sur les armes décrété par les Nations Unies en 2011 et de ne plus interférer  dans les affaires intérieures libyennes pour tenter de ramener la paix.

Des résolutions qui pourraient cependant se heurter à la rivalité et au fossé béant existant entre les deux principaux belligérants libyens:  Fayez al-Sarraj, chef du Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU à Tripoli et son rival Khalifa Haftar qui contrôle tout l’est libyen.

Ces derniers, malgré la trêve, ont refusé de se rencontrer lors de la conférence du 19 janvier, sous l’égide de l’ONU.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et la chancelière allemande Angela Merkel, hôte de la conférence, ont reconnu que malgré les petits pas entamés, beaucoup reste à faire pour parvenir à la paix en Libye et « qu’il n’y a pas de solution militaire » à ce conflit.

La reprise des combats entre camps rivaux en Libye en 2019, a fait plus de 280 civils et 2.000 combattants tués, ainsi que plus de 170.000 déplacés.

K.S.J

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here