La réalité des jeunes ivoiriens face à l’entrepreneuriat !

0
307

La réalité des jeunes ivoiriens fasse à l’entrepreneuriat !
Aujourd’hui, malheureusement, l’entrepreneuriat est considéré comme une option face à la difficulté d’insertion dans le milieu professionnel. Ce pendant là encore la tâche n’est pas aisée, car nombreux sont ceux qui se lance mais peu y arrivent.
Ces jeunes ivoiriens désireux de s’installer à leur propre compte dû à l’importance insuffisance de l’offre face à la demande d’emploi, se retrouvent très souvent moins encouragés par la difficulté d’accéder aux structures bancaires ou encore par les exigences moins simplifiées par ces derniers.
La place de la société
La société vient avec comme obstacle, la dévalorisation et ses préjugés sur l’entrepreneuriat et met plus en avant les risques qui en ressortent d’autant moins qu’elle n’a pas confiance et qu’elle ne voudra pas en être témoin en accompagnant le ‘’jeune genre’’ dans l’installation et la réalisation de son projet.
La place de l’Etat
L’Etat quant à lui, se positionne en amont dans les promesses conditionnées. Et quand cette promesse devient possible à tenir, là encore elle est rendue difficile à respecter. Car à mon humble avis entre promettre la création d’emploi et/ou promouvoir l’investissement en côte d’ivoire en échange d’offre d’emploi et accompagner sa jeunesse dans la réalisation de ses projets d’entreprendre … laquelle parait plus simple ? Permettez-moi de vous accorder le bénéfice du doute.
Ainsi donc, nous assistons à cette problématique selon laquelle le taux de chômage en Côte d’Ivoire est estimé entre 70 et 90% (source la BAD, Banque Africain de Développement).
L’importance du soutient
La jeunesse Ivoirienne a heureusement compris qu’elle n’attendra pas continuellement l’appel d’une structure pour lui offrir de l’emploi. Aujourd’hui nombreux sont-ils à avoir à eux seuls 3 à 5 projets de par leur capacité à innover et/ou à créer, mais qui manquent de soutient à tous les niveaux possibles pour se frayer une place au soleil.
En Côte d’Ivoire, surtout dans la capitale économique Abidjan, on assiste de plus en plus à un phénomène que j’ai nommé ‘’le commerce de ambulance’’. Rassurez-vous, vous comprendrai la raison de cette appellation : les routes, les ponts et le long de l’autoroute du nord sont en plus des véhicules, envahis par de jeunes hommes et femmes qui risquent leur vie en circulant entre les véhicules pour commercialiser de l’eau en sachet, les chips de banane et autres articles, dans le but de faire du bénéfice et se financer un projet que j’ose croire, est déjà réfléchit et qui est plus prometteur.
Quel dommage !
Petite plume

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here