Une nouvelle guerre dans le kivu : les causes

0
189

Le déclencheur officiel de cette nouvelle guerre est la formation d’un groupe de rebelle, le M23. Une force armée qui mène des combats à l’est de la république Démocratique du Congo depuis le mois d’avril 2012. Ce mouvement est composé de congolais en majorité Tutsis appuyés par le Rwanda selon un rapport officiel de l’ONU. Ces Tutsis revendiquent la nationalité Congolaise qu’ils obtiennent sous la présidence de Mobutu en 1972. Malgré cela certains restent attacher à leur origine ethnique et ne s’assimilent pas réellement au pays.

Depuis 2009, le congrès national pour la défense du peuple (CNDP), un groupe armé devenu parti politique, est un allié de la majorité présidentielle. Ils travaillent ensemble dans le cadre de la recherche de la paix face à l’insécurité qui règne encore dans l’est du pays.

En effet, le 23 mars, 2009, le CNDP et Joseph Kabila, président élu en 2006, signent des accords à Goma. Le chef de l’Etat s’engage à intégrer les rebelles dans l’armée régulière, à reconnaître leur grade et à intégrer le CNDP dans le gouvernement. Après la reconduction du mandat de Kabila en novembre dernier, le CNDP dénonce le non-respect des accords pris.

De ce nouveau parti politique émane alors le M23 (mouvement du 23 mars), une faction armée qui souhaite voir les engagements pris avec Joseph Kabila, respectés. C’est alors le début d’une nouvelle guerre en RDC. Paradoxalement, en 2009, le CNDP était incorporé dans l’armée régulière.

En outre d’autres demandes sont venues ensuite se rajouter ces revendications

  • Le retour des réfugiés Tutsis qui sont au Rwanda et en Tanzanie ;
  • La protection du peuple Tutsi contre le FDLR (groupe armé Hutu qui menace les Tutsis.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here