L’état du marché Ivoirien aujourd’hui

0
116

La ménagère ne sait plus à quel saint se vouer. Depuis quelque mois le prix des produits de grandes consommations a flambé et ne s’arrête pas. Chaque jour qui passe, l’on est surpris de voir le prix d’un article grimpé car justement à la veille tout était normal. Les ivoiriens surtout les femmes qui sont les habituées des marchés, boutiques, grandes surfaces… ne cesse de se plaindre de la cherté des produits depuis l’avenu de la covid.  Comme si cela était insuffisant, Ces derniers mois la situation s’est encore accentuée avec l’avènement du délestage causé selon le ministère de l’énergie, pas le bas niveau de l’eau des barrages dû à la faible pluviométrie et aux changements climatiques. Tout est devenu cher et il est de plus en plus difficile aux ivoiriens de se nourrir. Les raisons ?

Pendant que le gouvernement ivoirien décide de taxer les produits de grandes consommations, le secteur vivrier quant à lui est en quête de nouveaux souffles car les marchés sont confrontés à des difficultés d’approvisionnement. Les retombés de la covide sur les activités portuaires, les taxes gouvernementales, ajouter à ça cela la faible pluviométrie sont de trop pour la population ivoirienne, comme peut bien le témoigner Mme traoré Ramatou restauratrice « depuis fin septembre, le marché n’est plus comme avant. Mais ces derniers jours c’est devenu pire ».

« Sur un bœuf l’Etat prenait  3000f CFA comme taxe. Aujourd’hui cette taxe est montée à 17000f CFA. C’est cette augmentation de la taxe que nous répercutons sur le kilogramme de la viande. C’est l’Etat lui-même qui veut nous asphyxier à travers ces nombreuses taxes » a précisé un boucher dans un marché au 2 plateaux.

Ainsi l’huile, le riz, le savon, le lait… ont tous connu une hausse qui oscille entre 9% et 20%. Par exemple le bidon de 25litre d’huile est passé de 20.000f CFA à 24.500f CFA et le litre de 1000f CFA à 1200f CFA. Le prix de la boite de lait en poudre quant à lui, a augmenté de 300f et coûte désormais  2500F.

En outre les prix du ciment en Côte d’Ivoire connaissent également une hausse due, selon les revendeurs, au renchérissement des frais d’expédition et de déchargement des matières premières et des coupures électriques que traverse le pays. Le prix de la tonne sur le marché international  de la principale matière première ‘’le clinker’’ utilisé pour la fabrication du ciment a augmenté de 6.559f CFA au dernières nouvelles.

Les ivoiriens se retrouvent submerger par la cherté du marché ils craignent même le caractère qu’aura ce marché pour les générations à venir si une solution n’est pas trouvée par les autorités compétentes.

Heureusement une coalition des indignés existe et appelle les organisations des consommateurs pour engager la lutte pour la cause des ivoiriens.

« La coalition des indignés donne aux ivoiriens rendez-vous pour le combat pour l’amélioration  de nos conditions de vie, contre la cherté de la vie sans compromission » a insurgé le coordinateur national de la Coalition des indignés de la Côte d’Ivoire, Samba David.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here